No more fragwashing

Depuis des années, les discours des marques s'orientent vers le "100% naturel, 100% éco-responsable, 100% green / clean, 100% vegan, 100% cruelty free..." et "La synthèse est trop chimique, trop nocive, pas assez éco-responsable, pas assez qualitative

Avec toutes ces mentions et les appréhensions consommateurs : il est difficile de s'y retrouver.

Nous jurons de dire la vérité, rien que la vérité : levons le voile sur certaines idées reçues ! 

ON RECOMMENCE TOUT ?

1. La synthèse n'a pas sa place en parfumerie

Faux !

Apparue à la fin du 19ème siècle, la synthèse marqua le début de la parfumerie moderne. Au risque de briser un mythe, tous les plus grands parfums des plus grandes maisons de luxe, doivent leur succès à des accords inédits : caramel, muguet, pêche, aldéhydes, poire...

La majorité des fleurs et la quasi totalité des fruits (hormis les agrumes) sont synthétiques. Ces notes sont "muettes" : soit l'odeur n'existe pas, soit on ne peut pas extraire leurs odeurs de manière naturelle.

Il faut alors créer des accords synthétiques, permettant d'agrandir la palette du parfumeur, d'accroître sa créativité et sa liberté (environ 300 notes naturelles VS + de 4 000 notes synthétiques).

2. Naturel = Écolo

Faux ! 

Aïe, vaste sujet qui divise souvent...

Un produit peut être naturel et éco-responsable mais les deux ne sont pas automatiquement liés ! À date, il n'existe aucun parfum 100% éco-responsable.

Voici les trois raisons :

  • L'impact carbone - des ingrédients (exemple le Patchouli d'Indonésie ou la Vanille de Madagascar) qui sont sourcés aux 4 coins du monde et rapatriés par voie aérienne, fluviale... non pas par pigeons voyageurs.
  • Le rendement - 3,5 tonnes de pétales de roses pour produire 1,5 kg d'essence ou alors 600 kg pour créer 1 kg d'absolu de Rose.
  • Le packaging - Pour être 100% éco-responsable, il faudrait que les packagings soient : upcyclés / recyclés, rechargeables, recyclables, sans cellophane, sans pelliculage plastique au-dessus des étiquettes, sans capot / tube plongeur en plastique, sans insert plastique dans les capots en bois / liège, des impressions sans encre, sans papier de soie pour emballer les flacons... "Less is more" devient un peu "Less is rien"
  • BONUS - Les mentions "Label BIO" et "Partenariats Éthiques" sont à prendre avec des pincettes : le BIO d'Inde n'a rien à voir avec le BIO Made in France. Concernant les partenariats éthiques, le SMIC Français est loin d'être universel.

La synthèse, c'est vouloir préserver nos éco-systèmes comme nos amis les bêtes (Ambre gris, Civette, Musc Chevrotin, Castoréum) qui pendant de longs siècles, étaient tués et utilisés pour leurs odeurs très caractéristiques. Aujourd'hui, les matières d'origine animale sont interdites. Grâce à la synthèse, nous avons pu obtenir des notes proches / similaires à celles disparues / interdites.

3. Le naturel sent toujours bon

Faux ! 

Quand on parle de notes naturelles, on pense aux récoltes de la Rose et du Jasmin à Grasse, où l'odeur des pétales laisse un délicat sillage dans nos narines.

Saviez-vous que beaucoup de naturels, n'ont pas les odeurs que l'on a l'habitude de sentir en parfumerie ou chez le fleuriste?

  • La Rose a une odeur d'artichaut, de géranium, loin de la rosée du matin !
  • Le Jasmin a une odeur médicamenteuse, animale et très épicée, loin du monoï solaire !
Les notes synthétiques permettent d'adoucir, d'atténuer, d'embellir des facettes trop "brutes", trop "naturelles", dingue non ?

    4. Le naturel tient mieux sur la peau

    Faux ! 

    Le naturel bonifie l'âme d'un parfum. Il est vrai que les matières premières naturelles utilisées en parfumerie sont souvent de très belle qualité, elles permettent de donner une belle évolution à un parfum.

    En revanche, un parfum 100% naturel tiendra peu sur la peau.

    Pourquoi?

    • La plupart des notes naturelles sont très volatiles (exemple : les Agrumes - Hespéridés) et s'évaporent très vite sur la peau
    • La nature est vivante, elle évolue et change, les matières naturelles aussi
    • Certaines notes de synthèse comme les Muscs, sont d'excellents fixateurs et diffuseurs. En les intégrant aux formules, cela augmente le sillage et la tenue du parfum sur la peau.

    5. La synthèse est cheap

    Faux ! 

    Encore un cliché et un manque de transparence vis-à-vis du consommateur.

    Oui, le naturel peut coûter très cher (plusieurs milliers d'euros pour le Bois de Oud, l'Iris, la Rose etc...) quand le rendement est faible : l'Iris nécessite environ 6 ans pour passer de la terre, au laboratoire. C'est l'une des matières premières les plus rares et chères de la parfumerie.

    À contrario, dès que le rendement est suffisant, les prix au kilo chutent. L'Orange, la Lavande coûtent environ 10€ / Kg, pas de quoi se ruiner !

    La synthèse est en effet, moins chère que le naturel, c'est l'une des principales raisons pour lesquelles les marques y ont souvent recours.

    Attention, toutes les notes de synthèse ne sont pas "pas chères". L'Ambroxan par exemple, est une note coûtant environ 600€ / Kg.

    Nos parfums allient le naturel et la synthèse et pourtant, sans être dans l'excès de l'un ou de l'autre, nos prix de formules sont compris entre 300 et 600€ / Kg HT (VS 80€ / Kg en moyenne).

    6. Baser tout son concept sur le végan / cruelty free

    C'est un bon attrape nigauds ! 

    Végan : ne contient pas d'ingrédients d'origine animale

    En réalité, la quasi totalité des ingrédients d'origine animale a disparu. Les muscs, les notes animales etc sont interdites depuis des années. On retrouve parfois des marques utilisant du miel, ceci-dit, l'exploitation du miel ne représente pas une menace ou une maltraitante animale.

    Donc en soit, presque toutes les marques cosmétiques sont végan.

    Cruelty free : non testé sur les animaux (bah oui les pauvres !)

    Mais en fait, depuis 2004 (cela fait quand même 18 ans), il est interdit de réaliser des tests cosmétiques sur les animaux dans l'Union Européenne.

    Donc bref oui c'est bien d'être une marque végan et non testée sur les animaux mais baser tout son concept de marque et sa proposition de valeur là-dessus, non, on vous prend pour des jambonneaux. 

    LE MOT DE LA FIN ?
    Ni glorification, ni diabolisation. Les deux sont essentiels afin de créer des parfums originaux, modernes, qui sentent bon et qui tiennent sur la peau.
    Nous misons sur l'harmonie, l'équilibre, la juste dose.
    La transparence est pour nous, un premier pas vers l'information pour tous.