L'entrepreneuriat : j'y vais, j'y vais pas ?

Sujet qui fait parler : se lancer à son compte est-il fait pour tout le monde ?

L'entrepreneuriat, que cela soit dans le domaine des cosmétiques ou un autre, nécessite plusieurs réflexions: 

1. Évaluez votre situation actuelle (étudiant.e, sans emploi, CDD, CDI), dans mon cas, j'étais au chômage avec l'espoir de rapidement retrouver du travail (0 embauches, merci la pandémie !)

2. Évaluez vos ressources, les fonds dont vous disposez (emprunt ? fonds propres ? campagne de crowdfunding ?)

3. Évaluez votre motivation, vous vous sentez de tout quitter? Si votre motivation est inférieure à 100000%, laissez tomber.

Créer sa marque, se compose en plusieurs temps :

- L'envie de faire autre chose, d'apprendre de nouvelles choses, de bosser pour soi et ne rendre des comptes qu'à soi-même

- L'excitation d'avoir franchi le premier pas, des idées qui fusent et l'encouragement / soutien de ses proches 

- La remise en question est inévitable : mon produit est-il assez performant ? va t'il plaire ? vais-je arriver à me rémunérer ? un emploi stable est quand même moins risqué non ?

- Le soulagement une fois nos doutes dissipés et les solutions trouvées, quel plaisir de voir la concrétisation de son projet, donner vie à ses produits

Attention, il faut savoir que lorsque l'on monte une marque / société, il n'y a pas de temps mort. Ce n'est pas parce-que le produit débarque sur les étagères des magasins que tout s'arrête et que l'on attend sagement les sous rentrer. 

Il faut continuer à développer son business, de nouveaux produits, améliorer, retravailler, modifier, se déployer. Bref, un tunnel sans fin (ami.es de la routine, passez votre chemin !).

Un des points clés dans l'entrepreneuriat réside dans son entourage, surtout si vous vous lancez seul.e (mon cas). Tout votre entourage qu'il soit familial, potes, potes de potes, collègues, anciens professeurs doit être mobilisé.

Dans le cas où vous souhaiteriez faire une campagne de crowdfunding (système de pré-financer son projet), vos premiers cercles seront les éléments déclencheurs du succès de votre campagne. Dans le cas où vous ne feriez pas de campagne, avoir des avis de l'extérieur est toujours bon car petit rappel : vous ne créez pas des produits pour vous, vous créez pour plaire et vendre à vos futur.es client.es.

Voici quelques questions / réponses qui j'espère, vous aiguillerons au mieux :

  • Quelles démarches pour créer sa marque ?

Vérifier auprès de l'INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) que le nom de marque que vous souhaitez, est disponible. Si oui, déposez-le (le process dure environ 5-6 mois) et le prix dépend du nombre de catégories dans lesquelles vous souhaitez faire protéger votre marque.

Vous pouvez lancer en parallèle la création de votre société (notamment l'enregistrement au Registre des Commerces, les statuts...), pour ma part, je suis passée par la start-up LEGALPLACE qui s'est occupée de toutes les démarches administratives (délai de 3 semaines). Vous pouvez le faire vous-même mais il faut avoir un minimum de connaissances et du temps.

Le dépôt de capital à une banque professionnelle (j'ai choisi SHINE) où vous fixez le montant de votre capital (minimum 1€ pour une SAS / SASU).

  • Quels sont les coûts pour créer sa marque ? 

Dépôt de marque INPI (3 catégories) = 270€ 

Frais LEGALPLACE pour créer la société = 600€

Frais SHINE pour le dépôt de capital = 150€ (hors frais bancaires mensuels)

L'administration pour créer sa société et sa marque coûte environ 1000€. Ces frais sont évidemment amortissables dans le temps, c'est votre premier investissement.

J'ai également ajouté 5000€ pour mon capital mais ces fonds sont immédiatement débloqués afin de régler vos premiers achats fournisseurs.

Il reste énormément de frais à anticiper lors d'une création de marque (coût de la première production des produits, l'assurance professionnelle, le nom de domaine, les frais de comptables, le mail pro, les dossiers réglementaires, l'inscription à GS1 pour la création de ses codes barres produits, le design et les frais du site internet...).

En bref, j'ai dépensé 20k € pour créer Versatile et sa première production (alors qu'en général, la plupart des fondateurs.rices dépensent entre 60-80k €.

  • Comment ai-je évité certains frais ?

En faisant tout moi-même (ou mon copain / famille) : les photos, la logistique, le conditionnement, la com, le marketing, le design / identité visuelle, le site internet...

Nous n'avons pas de locaux (et oui, on stock tout chez nous !) = pas de surproduction = pas de trop gros frais de production engagés.

Bref quand on ne délègue pas, on économise (mais il faut du temps et de l'énergie !)

  • Un business plan est-il obligatoire pour se lancer ?

Je suis le mauvais élève sur ce sujet. Je n'ai pas fais de BP. Pourquoi?

Je connais le secteur dans lequel je souhaite me positionner, mon investissement est relativement petit (et donc avec plus de chances de se rembourser rapidement) et je connais les processus de création, les prix de revient des produits. 

Bref, je ne connais pas tout et je vais surement devoir m'y mettre mais honnêtement, ne restez pas buter sur quelque chose que vous ne savez pas faire, renseignez-vous sur toutes les formalités administratives, connaissez tous vos coûts de production / revente par coeur et avec un peu de chance, vous y arriverez !

  • Comment gérer les échecs / victoires au quotidien ?

Comme dans tout métier, il y a des phases up et des phases down. L'entrepreneuriat, être son propre patron ne veut pas dire la fin des soucis, looooooin de la ! On aurait tendance à croire que l'on peut se lever à 15h et bosser 2h par jour, oui c'est vrai, on peut décider de le faire mais soyons réalistes, si on veut que notre société marche, ça n'est pas vraiment le chemin à prendre.

C'est vrai qu'on ne rend des comptes qu'à soi-même et c'est peut-être justement la différence, on prend les choses beaucoup plus à coeur (pour ma part) que pour un PDG dont on ne connait que le nom, pour qui vous êtes une fourmi insignifiante qui va gentiment retravailler sa petite présentation pendant la nuit pour le lendemain. Par contre, la petite fourmi en entrepreneuriat, si elle fait un mauvais choix, celui-ci sera directement impacté sur sa marque, sa société, son image.. 

Par contre, la petite fourmi en entrepreneuriat, si elle fait un mauvais choix, celui-ci sera directement impacté sur sa marque, sa société, son image... On apprend beaucoup sur soi. 

  • Quelles sont les clés du succès ?

Si je les avais, ça se saurait !

Malheureusement mon activité vient à peine de démarrer, personne n'est à l'abri d'un essoufflement créatif, de l'engouement des consommateurs. Personne n'a les clés pour réussir. 

Croire en soi, faire son bout de chemin, se prendre des gros murs, réussir à les escalader ensuite, retravailler ses échecs et fêter ses victoires, ce sont les clés pour être un entrepreneur. Le reste, seul l'avenir le dira !

  • Un petit bilan 2021 ?

26 boutiques (2 e-shops et 24 boutique en France / Belgique), + 1500 parfums vendus, une communauté de + 3600 versatilien.nes, beaucoup de nouvelles idées en tête et une envie immense de continuer à faire grandir la marque, merci pour tout.

J'espère que cet article vous aidera dans votre réflexion.

Si vous hésitez, un conseil, foncez.

PHOTO : VERSATILE PARIS